Qui est là?

“Du bord de l’Orénoque en compagnie d’un ethnomusicologue et de ses magnétophones, à la Genève spirite au tournant du 20ème siècle, en passant par les formes de vie dans la maison intelligente contemporaine, Carla Demierre a enregistré des histoires de voix. Entre précis de communication avec le monde invisible et déambulation aveugle dans une forêt de sons, cette collection de textes dessine par impulsion médiumniques/magnétiques une poétique des voix enregistrées.”

Editions art & fiction, collection shushlarry, 2020.

format 11 x 17.5 cm, 156 pages
isbn 978-2-940570-92-8
chf 14.90 / euro 12

https://artfiction.ch/livre/qui-est-la/

▶︎ Entretien avec Christian Ciocca pour l’émission QWERTZ de RTS Culture


Autoradio

D’abord, j’ai hérité d’une machine à écrire et j’ai choisi de l’employer pour tourner le dos à l’ordinateur, ses pages lumineuses et la petite barre verticale qui clignote comme un cœur humain à 60 bpm. J’ai pensé que la machine à écrire, à la fois obsolète et en état de marche, pouvait m’aider à ralentir l’écriture, à voir les ratures autrement et détourner la masse impressionnante de langage que je rencontre quotidiennement. Une machine à écrire prend de la place et fait du bruit. Je ne peux pas écrire sur mon lit et je dois mettre des boule Quiès. J’ai tapé ce que j’ai lu : une table des matières, un schéma illustratif, des résultats de recherche, une phrase de littérature, une carte postale, un questionnaire, une interprétation de rêve, un hashtag, un message d’erreur, une réponse automatique, une liste de mots pour faire Scrabble. Chaque page est un acte de lecture condensé et ralenti par la frappe. Si je tape trop vite la marguerite s’embrouille ou le ruban casse. Finalement, la machine à écrire a inauguré un travail d’atelier où je tente de capter des datas, détourner le surplus, tailler dans le brouhaha, sublimer des malentendus, prendre des notes qui seraient immédiatement des poèmes, très concrets.

Editions Héros-Limite, 2019.

120 pages
148 x 210 mm
2019
9782889550180
22.40 CHF / 16 €

https://www.heros-limite.com/livres/autoradio

Simon Brown et Maude Pilon lisent Autoradio, Sainte Hyacinthe, 2020.

Les vivants à l’abri

«Deux femmes regardent en direction de la mer. C’est une photographie. Elles sont en hauteur, dans un écart entre des rochers. Des deux femmes c’est la plus petite qui s’est installée tout au bord de la falaise, la plus grande est restée debout. Elles tournent le dos à l’appareil. La terre est ocre, la roche poussière-verdâtre. La mousse et les herbes sèches dessinent au sol des pseudo-triangles végétaux que personne n’ose piétiner.

Au verso, sur la face blanche du papier, dans le coin supérieur gauche, on a écrit le nom du lieu et la date. Une ville du Portugal en 1999. Orientée portrait, l’image retient au moins du paysage la limite terre-eau.

Les femmes ont les bras nus. Leurs cheveux sont presque roux. La grande les porte courts, ceux de la petite sont longs et retenus haut par une barrette enfouie dans la masse. On a passé leurs corps à la lumière liquide. La petite a les pieds plantés fermement dans le sol, les fesses contre les mollets. Elle a formé avec sa main à demi-fermée un appui-tête confortable. La grande, le bras souple, la main légère, comme si elle venait de lâcher un poids. Les bouts des doigts se touchent (pouce contre index et majeur) de façon à former une pince, une boucle, un hublot.

Si elles ne contemplent pas la mer, c’est pourtant dans cette direction qu’elles regardent.

Sur la tranche, la photographie tient debout, légèrement inclinée, contre le pied d’une lampe. À la vue du papier en équilibre, et à cause de la teneur en eau de la scène, on imagine une assiette creuse, un instrument capable de remuer les éléments et, avec de la chance, faire tomber dans l’image ce qui lui manque.

La mer est secouée. Des plis d’écume blanche se rabattent les uns sur les autres. Ce sont les vagues. On suppose qu’elles occupent la conversation. Tu as vu ces vagues ? Oui, j’ai vu ces vagues.»

isbn 978-2940-517558

https://www.heros-limite.com/livres/lours-blanc-revue-litteraire

3 journaux

3 journaux, 8 nouvelles, 1 poème, 1 chanson, 1 pièce de théâtre, 1 bande dessinée, x tapuscrits & n documents.

Publiés entre juin 2017 et juillet 2018, les trois journaux ont été tirés à 100-150 exemplaires. Ils ont été envoyés par la poste à une cinquantaine de personnes puis donnés lors de lectures et rencontres.

3 journaux, 72 pages, 8 nouvelles, 1 poème, 1 chanson, 1 pièce de théâtre, 1 bande dessinée, x tapuscrit et n documents, pour décrire nos manières d’entendre les voix enregistrées, et les usages que nous faisons de ces voix.

Cette matière (documents et textes) a fait l’objet d’au moins deux adaptations en performance: Ojo (2018) et Wunderblock (2019).

Quelques textes de cet ensemble ont été publiés ensuite dans Qui est là? aux éditions art & fiction en 2020.

Ma mère est humoriste

«À travers l’analyse du rapport entre mère et fille, Carla Demierre reconstruit le monde, c’est-à-dire redéfinit les mots, apprend à parler sa langue. Dans un exercice de gigogne où la fille de la mère finit toujours mère de sa fille, elle interroge les généalogies sur de vieilles photos, se souvient de pénibles séances de gymnastique, envisage la psychanalyse comme remplacement des vacances en famille, troue le réel au stylo effaceur, finit – écoutant Glenn Gould – par devenir Glenn Gould.»

Parution 13 avril 2011
104 pages
17 euros
EAN 9782756103037

http://leoscheer.com/spip.php?article2237